Vient de paraître

 

Les Hauts de Hurlevent

d'Esteban Perroy

 

Automne 1817. Hurlevent, vieille et robuste bâtisse sans âge, la maison de famille Earnshaw trône depuis des siècles sur les landes désolées du Yorkshire, perchée par magie noire au sommet du mont Gimmerton. Les nuits de pleine lune, quand le ciel saphir surplombe le domaine, le vent s’engouffre sous les planches humides et hurle sa complainte. Les vieux du coin prétendent que c’est le cri du diable en personne, qu’il réveille les loups affamés de la forêt de Haworth à six lieues à la ronde. Pourtant, il y eut à l’époque sur ces terres fantomatiques une union improbable. D’aucuns disaient un véritable amour. Tout commença – ou finit – par le retour conquérant du ténébreux fils bâtard : Heathcliff… Inspiré du chef-d’œuvre d’Emily Brontë, Esteban Perroy propose une adaptation libre romanesque et vénéneuse du cœur des Hauts de Hurlevent, ouvrage fondateur de la littérature anglaise du 19ème siècle. Une pièce envoûtante et Burtonienne au final vertigineux.

 

En lecture à La Pépinière Théâtre le 3 mars à 15h.


 

La sixième extinction

suivi de Dérives

d'Hans Limon

 

Pendant plus de deux siècles et demi, ces créatures ont arpenté les profondeurs du Nord de la France afin d’en extraire le charbon nécessaire à l’essor industriel : les mineurs. Leur disparition, couplée à l’inscription du bassin minier au patrimoine mondial de l’UNESCO, a marqué la fin d’une époque, symbolisé la mutation d’une région historiquement ouvrière, bouleversé la représentation traditionnelle de l’homme et plus précisément celle du père. Comète, un jeune homme un peu orphelin qu’un Moineau s’acharne à rééduquer sentimentalement, ne peut se résoudre à ce lumineux crépuscule. Il décide alors de cheminer dans la fosse et d’y retrouver ses pères. Mais a-t-il vraiment besoin d’un père ? A-t-on vraiment besoin d’un père ?